Léon Provancher

1848-1852 : De la mission de Tring à la paroisse de Saint-Victor de Tring
 
Leon ProvancherL’abbé Louis-Édouard Bois, curé de Saint-François, envoya un ancien vicaire,  Léon Provancher, à la mission de Tring et Nazaire Leclerc à la mission de Lambton. Le 4 octobre 1848, l’abbé Léon Provancher était nommé desservant de la mission de Tring, mais il signa curé sans l’être canoniquement (1).
 
Léon Provancher
 
L’abbé Léon Provancher naît à Bécancour, le 10 mars 1820. Il fit ses études à Nicolet et revêtit la soutane le 12 septembre 1844. Vicaire à Bécancour en 1844-1845, à Saint-François-de-Beauce en 1845-1846, à Sainte-Marie en 1846-1847, missionnaire temporaire, il se dévoua à la Grosse-Isle pendant l’épidémie du typhus, au chevet des pestiférés irlandais en 1847, puis fut vicaire à Saint-Gervais de Bellechasse en 1847-1848 avant d’être promu, à l’âge de vingt-huit ans, «premier curé» de Saint-Victor de Tring en 1848. C’est l’abbé Nazaire Leclerc qui proposa sa nomination (2). L’abbé Léon Provancher avait des liens étroits avec les Abénaquis bien avant de venir à la mission de Tring, voir, en format PDF, Léon Provancher, l’homme passionné de nature.
 
 
Précédemment à sa cure de Tring, en 1847-1848, l’abbé Provancher nommé au vicariat de Saint-Gervais de Bellechasse avait pour curé monsieur Louis-Antoine Montminy, ancien curé de Saint-François de la Beauce de 1830 à 1837. Monsieur Montminy avait été missionnaire-colonisateur et célébra d’après la tradition la première messe de Saint-Georges vers 1832, près de la rivière Famine. Il obtint, pendant son administration, l’érection canonique de la paroisse de Saint-François en 1834, l’érection civile n’a eu lieu que plus tard, en 1850. Il connaissait bien la Beauce et le grand territoire de chasse de Tring.
 
À la paroisse de Saint-Gervais de Bellechasse vivaient les familles Turgeon. C’est là que l’abbé Léon Provancher connut le jeune Louis Turgeon né en 1832. Celui-ci suivit l’abbé Provancher à la mission de Tring et devint son sacristain.
 
Notre missionnaire-colonisateur, l’abbé Léon Provancher, a vu à ce que sa mission devienne paroisse. L’érection canonique eut lieu le 24 février 1852.
 
Tout était à faire dans l’arrière-pays : abattis, potasserie, semences, meunerie, forge. En suivant la rivière le Bras, les gens de Saint-François et de Saint-Joseph s’installaient dans les «Fonds», au village et dans tout le canton. Puis de nouveaux colons de Bellechasse, de Lotbinière et de Sainte-Marie vinrent grossir le canton de Tring.

L'homme passionné de nature...
 
 

(1) d’après Mme Adelbert Jolicoeur (Eva Bolduc à Michel à Capson), Généalogie de la famille Bolduc dit Bois-Le-Duc, à compte d’auteur, vers 1950, n.p.
(2) d’après Chanoine Victor-Antoine Huard, La vie et l’oeuvre de l’abbé Provancher, 1926, p. 23.


 L'homme passionné de nature...